Forum sur le dissentiment spirituel et la Voie Sinistre
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dedans/dehors

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wikimaus
Arrivant
Arrivant


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Dedans/dehors   Mer 9 Mai - 20:16

Parmi les exercices auxquels il m'arrive de me livrer, il y a ceci, qui dérive d'une petite phrase entendue à la "Table d'Emeraude" - cette sympathique librairie du quartier latin, hélas disparue depuis près de dix ans.

Un des vieux habitués du lieu m'a un jour posé la question suivante : il a fait mine de pincer l'air entre son pouce et son index, et m'a ensuite demandé : "Quand je fais ça, je tiens ou bien je suis tenu ?"

Sur le moment j'en suis resté comme une poule devant un couteau. Mais j'ai fréquemment repensé à cette petite scène par la suite.

Aujourd'hui il m'arrive souvent de pratiquer des inversions de cet ordre : je ne regarde pas un objet - il me regarde. Je ne respire pas l'air ambiant - c'est lui qui me respire. Ainsi de suite.

De même je m'attache à me représenter moi-même non comme un corps plein, mais comme un espace vide délimité par le plein extérieur.

Cela peut prendre la forme d'une méditation relativement longue ou ne pas se prolonger au-delà d'une minute.

Le principal intérêt du procédé, c'est qu'il donne un violent "coup d'arrêt" au flux de mes pensées - dans la mesure où je ne peux plus me poser en sujet face à l'objet "qui me regarde" (pour en rester à cet exemple), et que dans le même temps il ne s'affirme pas non plus comme un nouveau "sujet", en ce qu'hormis cette aptitude au regard je ne lui attribue ni pensée ni volontés propres. En somme il ne s'agit pas d'une espèce de ventriloquie par laquelle je doterais un objet d'une capacité que j'abandonne : certes je l'abandonne, je dis que regarder, tenir, éprouver, n'est plus mon affaire, mais la nature de ce vers quoi je la déplace est trop radicalement étrangère à la mienne pour que je puisse même imaginer l'usage que cela en ferait si cela en était capable : qui peut se figurer la sorte de regard que vous renverrait une antenne parabolique ou un conduit de cheminée ?

Il y a fort à parier que ce n'était pas ce que voulait dire le vieux bonhomme de la librairie, mais qu'importe après tout.

Bref : j'aurais voulu savoir si cela trouvait un écho chez certains d'entre vous, si vous connaîtriez des pratiques similaires sous une forme plus élaborée ; je suppose qu'il n'y a rien de bien révolutionnaire là-dedans, et il me serait sans doute profitable de pouvoir approfondir la question grâce à quelques références.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kinaram
Membre
Membre


Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Re: Dedans/dehors   Mer 9 Mai - 21:23

Salut!

Super! Sincèrement, plein de bon esprit, çà fait plaisir à entendre. On m'a beaucoup parlé de cette libraire, hélas, je ne l'ai pas connu, à l'époque, j'étais plutôt branché tortue ninja...

Cette inversion me parait être un bon exercice de placement, pour travailler sur la notion sujet-objet, Hôte Cerf pourra je pense confirmer la chose...

Pour ma part, j'ai été étonné de voir qu'en alchimie, on résonne parfois à l'inverse de ce qui se fait en chimie. Par exemple, on ne dilue pas un soluté dans l'eau, c'est l'eau qui "aspire" le soluté. A bien noter pour ce qui est de la valeur ACTIVE du vif argent, ou mercure...

Bloop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
inconnu
Membre
Membre


Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 26/04/2007

MessageSujet: Re: Dedans/dehors   Jeu 10 Mai - 2:38

C'est un bel exemple de récréation des sens que tu nous proposes, un peu comme les pratiques sensorielles d'un Douglas Harding.

Sinon, ce genre de micro-pratique est assez répandu et on en trouve trace un peu partout, comme dans le texte qui suit où il est question d'arbres maculés d'yeux. On opère en mettant les choses dans l'ombre. On fait en sorte que les sens échappent à nos fixations et les trompent : "je dis que regarder, tenir, éprouver, n'est plus mon affaire". Je mets tout en abime. C'est une façon de regarder sans regarder, de tenir sans tenir, d'éprouver sans éprouver, etc. Que la perception puisse s'en trouver changée, projetée, délocalisée puis relocalisée, me semble naturel.

Castaneda fait remarquer que lorsque nous regardons un arbre en plein jour, nous commençons toujours par le percevoir par la lumière de son feuillage. C'est un automatisme. Il propose comme inversion l'exercice de percevoir l'arbre par ses ombres. Et cela change tout, en effet.



----------

chapitre neuf.
Ou saint frusquin se terre en lieu saint.




Parti méditer en Aleyrac, saint Frusquin pensait : je suis ici depuis trois jours et c’est l’heure, soudaine, où les renards chavirent, et où les végétaux trient leurs lueurs intimes.

Ou c’est que ma vue se double avant que ma vie ne me double, et je vois simplement l’évidence.

Des créatures qui rongent, des biches qui détalent, des minéraux qui songent sous nos pieds, un authentique arsenal en vérité.

Il y a ici des fleurs qui s’enflamment dans le silence, et des buses structurant le retour des horizons perdus à grand renfort de cris.

La pluie elle-même possède divers masques, elle peut être roulement de dagues d’humilité, fureur de bras évidés, ou rire de petites boules dont l’insolite parle aux cailloux sévères, ceux disposés dans le rire du loup.

Ses gouttes ont le visage serpentin des enfances perdues au sein d’un bois sombre, elles sont âmes pleurées depuis le ciel.

Tiens, les sangliers fouillent le sol, ils savent les gemmes inconnues des hommes, des germes ricanant à l’unisson des roues astrales.

Les arbres sont maculés d’yeux, et ils voient sans bouger, sans penser. Ils épient les hordes de cicatrices brusquant à grande vitesse l’ordre des feuillages, une queue qui dépasse, des pattes inquiètes qui aiguisent leur départ.

Il y a ici de grands secrets, se dit saint Frusquin, alité dans sa cabane. Le jour s’esquive, rédigeons à la lumière de la bougie.


(c) P. Pissier, sept. 2005, (lors d'une retraite sur la terre magique de HC)


Dernière édition par le Jeu 10 Mai - 4:32, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.magick-instinct.org
airzombie
Membre
Membre


Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Dedans/dehors   Jeu 10 Mai - 4:02

Lieu de pouvoir à l'ombre secrète secrète des grands arbres où se dresse la Vieille avec ses longs doigts et ses yeux morts morts argents.

Froid à fendre noircir la chair dans les bois nues sous les pas du wendigo et sa horde de frères coyotes aux langues pendantes.

Sa tête balance haut dans le ciel et se penche sur moi, ses noms sont faim, agonie et cruauté.

salut petit père, petit dieu

Petit dieu ancien ancien oublié quand les hommes s'entre-dévorent perdus perdus dans le grand blanc faim agonie cruauté coups de hache sur les os sang fumant forniquant avec les esprits dans les vents

La voix de wendigo dans les feuilles jaunes des hêtres.

je ne me perdrai pas petit père, petit dieu, je suis airzombie et je ne me perdrai pas

mes ennemis se perdront dans le grand blanc entre les longs os des arbres sous la lune argent, petit père, petit dieu...

Citation :
On fait en sorte que les sens échappent à nos fixations et les trompent

Oui, mais un artiste doué fera en sorte (si c'est son désir) de partager ses chimères, non ?

Parce qu'on ne peut pas se trouver sans se perdre. Cette histoire de labyrinthe, quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
inconnu
Membre
Membre


Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 26/04/2007

MessageSujet: Re: Dedans/dehors   Jeu 10 Mai - 4:47

Seuil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.magick-instinct.org
airzombie
Membre
Membre


Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Dedans/dehors   Jeu 10 Mai - 5:05

Oui, c'est là que je suis... sur le seuil et j'en suis las.

Est-ce que je vais rester là une éternité, une fration de seconde ?

Je suis figé sur le seuil comme une bête sauvage avec ses yeux jaunes fixés sur sa proie.

Voilà tout le paradoxe.

Édition : Hé,hé,hé...

Je suis disloqué (comme beaucoup de chaote, je pense).

La bête sauvage hésite pour sauter sur sa proie parce qu'elle est dans le paradoxe que la proie s'échappe. Elle est faussement contentée dans l'expectative, dans ce temps figé.

Édition 2 : Expectative... Je vais devoir creuser ça. La proie est figée aussi ou le temps est figé ?

Citation :
faussement contentée

Non, c'est le moment important là... l'expectative. Le seuil du labyrinthe. On cherche toujours la sortie du labyrinthe, l'expectative et le reste est un rêve.

Est-ce que le contentement de l'expectative est la lumière véritable ?

« La lumière véritable, celle qui éclaire tout homme…» Jean 1, 9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wikimaus
Arrivant
Arrivant


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Dedans/dehors   Sam 12 Mai - 15:54

Merci à vous deux ; vous m'apportez par vos réponses bien plus que de bêtes références, et vous me parlez pour le coup un langage que je comprends parfaitement.

Airzombie :

Citation :
mes ennemis se perdront dans le grand blanc entre les longs os des arbres sous la lune argent, petit père, petit dieu...

C'est une image de la plus belle eau, ça Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kAzIm
Arrivant
Arrivant


Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Dedans/dehors   Sam 12 Mai - 16:23

Airzombie (bonjour :] )

La sortie du Labyritnhe n'est elle pas en son centre en un endroit hors du temps OU ne faut il pas laisser partir la proie ?
Après avoir dédalé les corridors et perdu l'idée même de toute sortie,
la folie est elle le nouveau seuil ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bud
Arrivant
Arrivant


Nombre de messages : 9
Age : 34
Localisation : nevers
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Dedans/dehors   Sam 16 Juin - 14:26

le seuil est un passage à une autre condition ?!



au sujet des relations sujet-objet j'ai eu beaucoup d'experiences avec la sauge ou je vivais un bref instant dans un objet (salière, pied de canapé, arrosoir, etc) et ensuite c'est comme si je glissais sur une membrane pour m'incarner dans un autre.
je pense qu'en dirigeant c'est pensées on peut avoir directement accès aux informations de la situation vécu, c'est pas par hasard que l'on appelle cela divinorum (et c'est bien plus qu'un oracle et qu'un pendule réuni), mais la sauge ne se laisse pas "dompter" si facilement;
les récompenses sont à la mesures des efforts!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucy
Arrivant
Arrivant


Nombre de messages : 23
Localisation : Alpes
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Dedans/dehors   Lun 25 Juin - 0:31

bonsoir,

Citation :
j'aurais voulu savoir si cela trouvait un écho chez certains d'entre vous
ouioui carrément, quand je "travaillais" sur mon miroir.
mais je n' ai pas eu d'expérience autre que "brutale".

cette sensation de "figé". il n'y a pas de mots pour le dire mieux, et ça le dit tellement mal...
ça m'est aussi arrivé parfois dans la rue en croisant des visages.
la première fois aussi ou j'ai "écouté" "pour en finir avec le jugement de dieu" d'A.Artaud.
(j'étais en plus dans une période de grandes mortifications personnelles. Wink )
des moments ou l'univers m'est devenu "fixe" et strident.
blanc.

il y a aussi une école de philosophie, les phénoménologues (Husserl, Merleau-Ponty, Levinas) qui ont "travaillé" à leur façon là dessus. Husserl est chiant, Merleau Ponty moins et Levinas encore moins. C'est celui qui m'a le plus résonné.
Si tu veux quelques titres d'ouvrages...

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vipaire.heliogabale.org/dotclear/
Wikimaus
Arrivant
Arrivant


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Dedans/dehors   Lun 6 Aoû - 22:09

Salut Lucy. On se connaît peut-être, non ? clown

Je pratique un peu Levinas ; je mettrais tout de même un bémol à ton rapprochement dans la mesure où l'expérience du regard sur l'autre que tu évoques est, chez lui, le fondement d'une éthique. Or pour l'exercice dont je parle il n'est pas question d'aller aussi loin - surtout pas.

Il y a dans la recherche d'une éthique la volonté de trouver dans un ensemble sa position juste - ce qui implique, avant même de définir cette position, de définir l'ensemble dans lequel il s'agit de s'inscrire. Le point de départ a beau être de l'ordre du phénomène, après ça, c'est le mental qui se charge de tricoter le chandail.

Là, c'est tout autre chose ; il s'agit de le bloquer. aucune espèce d'interprétation ne doit s'ensuivre. Rien. Ni illumination ni connaissance. Juste un truc à faire, pas plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucy
Arrivant
Arrivant


Nombre de messages : 23
Localisation : Alpes
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Dedans/dehors   Mer 8 Aoû - 23:37

Bonsoir,

Citation :
Je pratique un peu Levinas ; je mettrais tout de même un bémol à ton rapprochement dans la mesure où l'expérience du regard sur l'autre que tu évoques est, chez lui, le fondement d'une éthique

Oui oui bien sur, je suis allée trop vite.
Je m'arrêtais simplement à l'exercice proposé par les phénoménologues, pas au reste. Enfin pas au discours philosophique derrière. C'est juste le travail sur la façon de percevoir qui m'avait tilté à l'époque.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vipaire.heliogabale.org/dotclear/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dedans/dehors   Aujourd'hui à 6:00

Revenir en haut Aller en bas
 
Dedans/dehors
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dehors/dedans
» Croire en dehors des religions
» C'est l'hiver : pensons à aider les animaux du dehors
» Dehors le petits
» Avoir le salut en dehors du Christ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARTS NOIRS :: Rites et Rituels-
Sauter vers: