Forum sur le dissentiment spirituel et la Voie Sinistre
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cercle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kAzIm
Arrivant
Arrivant


Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Cercle   Lun 21 Mai - 21:22

Bonsoir, bonjour

Je me posais la question de l'utilité d'un cercle de protection dans un travail noir, doit on banir pour se consacrer uniquement à une seule entité ou ne doit on pas accepter tout ce sui vient en tant que force vivante de ce monde, dans sa totalité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abraxas
Arrivant
Arrivant


Nombre de messages : 12
Age : 39
Localisation : Düsseldorf
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: La symbolique du cercle dans les rituels   Mar 22 Mai - 12:02

Bonjour Kazim,

Je ne sais pas vraiment ce que tu entend par « travail noir », mais si il y a un cercle dans le jeu, je suppose qu’il s’agit de magie rituelique, voir évocatoire, étant donné qu’on est dans la section du forum consacré au rites et rituels…

C’est une question intéressante, et je crois qu’une réponse simple n’est pas possible. Il faut s’attarder sur la signification symbolique du cercle pour l’opérateur, et sur l’utilisation qu’il en fait.

La force du cercle dépend de ce qu’il représente pour l’opérateur.

    Le cercle délimite, il coupe l’espace en deuz zones, l’une à l’intérieur du cercle, l’autre à l’extérieur du cercle, il délimite l’espace magique.
    Le cercle est le symbole de l’homme accompli, de l’homme dieu, celui qui n’a ni commencement ni fin, le symbole de l’univers et du macrocosme.
    Le cercle est aussi, le symbole de la „terre“ c’est un lien vers la matière, à l’intérieur duquel quelque choses peut se matérialiser, c’est le symbole du microcosme.
    Le cercle est donc le symbole de l’infini et de l’éternité, du microcosme et du macrocosme réuni.
    Le cercle concentre, il focalise vers le centre.


La force du cercle dépend de l’utilisation qu’on en fait, j’aimerais illustrer ça avec deux exemple très terre à terre.
    Le cercle peut-être Sigil, comme dans le Sigil dei Aemeth de John Dee, le cercle du Sigil n’est pas vraiment une mesure de protection, il reprend la symbolique expliqué plus haut, et sert donc à „faciliter“, dans le cas de John Dee, la communication à travers la boule de cristal qui est en son centre. Aussi bien en délimitant un espace de manifestation, qu’en créant un lien vers la matière et en focalisant vers le centre. Mais ce n’est bien entendu là qu’une partie infime du Sigil de Dee.
    Le cercle est parfois utilisé comme mesure de protection dans certains rituels d’invocation ou d’évocation, encore une fois il délimite l’espace dans lequel quelques choses se manifeste. Tout dépend où l’opérateur se situe. Si il se met à l’intérieur il se protège de ce qui pourrait être à l’extérieur du cercle. Si il se met à l’extérieur il se protége de ce qui pourrait être à l’intérieur du cercle. Mais cette mesure seul ne suffit pas, l’opérateur se protége aussi, soit en portant des talismans, soit au moyen de Sigil, soit avec son épée, soit en traçant d’autres symbole ayant des fonctions de protection…etc...etc…


Dans la plupart des ouvrages qui traitent de magie évocatoire, on a souvent deux cercles. Le cercle magique, à l’intérieur duquel se place l’opérateur et qui sert tout aussi bien comme mesure de protection, que comme liaison de l’opérateur avec l’univers, c’est à dire que l’opérateur au centre du cercle devient la divinité ayant pouvoir sur le macrocosme. L’autre cercle est le cercle d’évocation, il contient les symboles de l’entité qu’on appel. Ce cercle est parfois un triangle ou encore une dagyde, suivant la tradition magique avec laquelle on travaille. Mais le but reste le même, il s’agit de créer un lien, avec une entité invisible.

La question que tu poses dépend donc, à mon avis, du travail que tu fais. Et cela qu’importe si il s’agit d’entité noire ou non. Mais je pense personnellement, que dans le cadre de magie « rituélique », il ne faut pas accepter forcément „tout ce qui survient“, car cela signifierai ne pas avoir vraiment de contrôle sur ce que l’on fait… C’est un peu comme si on prenait un téléphone, qu’on le décroche, et que sans avoir composé de numéros, on attende que quelqu’un se manifeste, personnellement je ne vois pas le Sinn und Zweck (« sens & but »), comme on dit par chez moi…

Pour surfer dans le vide, pour « accepter tout ce survient en tant que force vivante de ce monde, dans sa totalité“ comme tu le dis, pas le peine de faire de rituel après tout, il suffit de se connecter au cyber-space virtuel de l’univers en méditant ou en prenant un champi… non ? Et pour ça, pas besoin de cercle oder ?


Grüßi

Abra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abrasax.alloforum.com/
kAzIm
Arrivant
Arrivant


Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Cercle   Mar 22 Mai - 17:17

hé hé, merci de ta réponse Abra.

En fait cette interrogation m'est venue dans le cadre d'une pratique invocatoire, et en relisant l'invocation à Horus de Crowley, dans laquelle il ne fait pas de banissement préalable.

Comme toujours je pense, tout dépend du systême qu'on utilise et des correspondances que l'on attache au symbôle. Ceci dit

Comme tu l'as dit, la question du cercle est, à la fois celle du Fini et de l'Infini, à la fois celle du lien et de la frontière. C'est, à mon avis une contradiction apparente qui en fait n'en est pas une, puisque forcément nécessaire pour un symbôle qui représente une globalité. (d'où mon interrogation..)

J'ai bien aimé le fait que tu dises qu'il peut s'apparenter à une sorte de condensateur, d'espace qui focalise, chose que j'avais déjà ressentie mais que je n'avais pas encore nommer.

Citation :
Tout dépend où l’opérateur se situe. Si il se met à l’intérieur il se protège de ce qui pourrait être à l’extérieur du cercle.

Dans une pratique invocatoire on demande pourtant bien à une force théoriquement extérieure de venir dans le cercle.. n'est ce pas justement contradictoire ?
Je conçois que l'on délimitte un espace sur les différents p^lans, un espace rituélique, mais n'est on pas déjà le cercle ? pourquoi s'encombrer de frontière ?

La question du contrôle est intéressante aussi. Je pense qu'il faut effectivement pouvoir garder une certaine prise sur les choses et en même temps encore une fois ne se limitte t on pas ?

Accepter ce qui n'est pas 'invité' peut être vu comme un acte d'Amour et/ou comme une expérience à part entière dans une pratique chaotique.

Après tout tu l'as dit peut être pas besoin de s'embarasser de rituel ..
jocolor

kAz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abraxas
Arrivant
Arrivant


Nombre de messages : 12
Age : 39
Localisation : Düsseldorf
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Evocation vs Invocation   Mar 22 Mai - 19:46

Hé Hé Kaz,

J’avais volontairement mis de coté la magie du chaos, puisque chacun peut créer son propre référentiel, et que la notion de cercle, ou plus exactement sa signification symbolique peut signifier tout et n’importe quoi.

Pour moi il y a une différence entre l’invocation et l’évocation. L'invocation est une demande, une simple prière à une entité, mais qui n’a pas pour but la manifestation de l’entité. L'évocation a elle pour but de faire apparaître l’entité évoquée (mais je chipote sur les mots).

L’évocation est plus ou moins bien décrite par Levy, je ne suis certes pas persuader du bien fondé de tout ce qu’il dit, mais cette courte définition extraite des clavicules de Salomon m’a toujours fasciné:

Citation :
Les esprits s'attirent et se régissent hiérarchiquement les uns les autres. Ils s’unissent par chaînes et pas cercles.
Entrer dans un cercle, c'est conjurer, c'est à dire jurer avec les esprits du cercle.
En conjurant les esprits supérieurs, on ne les attire pas à soi, on s'élève vers eux.
La conjuration par évocation ne peut s'exercer qu'envers les esprits inférieurs.
Pour conjurer les esprits supérieurs, il faut se donner à eux.
Pour conjurer par évocation les esprits inférieurs, il faut les contraindre de se donner à nous.
On évoque les esprits supérieurs en leur faisant des sacrifices, ou plutôt on les engages de cette manière a nous évoquer.
On évoque les esprits inférieurs en flattant leur cupidité ou leur attraits.
Les paroles ne sont que des formules qui servent à fixer la volonté.
Les esprits inférieurs à l'homme sont les esprits élémentaires et les errants du dernier ordre.
Ce sont eux que les anciens théurges appelaient des démons.

J’aime bien cette définition de Levy, parce qu’elle explique qu’il existe une différence entre la magie évocatoire ou le mage se transporte jusqu’à l’entité, et celle ou l’entité est transporté jusqu’au mage. Pour moi, le travail avec deux cercles (l’un magique, l’autre d’évocation) appartient à cette catégorie, le magicien ne quitte pas ce plan, il ouvre une porte et laisse l’entité venir se manifester dans le cercle d’évocation. Dans le cas d’un travail avec un seul cercle, on pourrait penser que c’est le mage qui se déplace, il crée avec son cercle une porte pour lui-même, c’est lui qui est transporté du microcosme dans le macrocosme.

Il y a un texte très bien fait par l’inconnu , qui décrit plus précisément ce que j’essayais de décrire en disant que l’opérateur à l’intérieur du cercle devient si l’on peut dire Dieu lui-même (ou quelque soit le nom qu’on veuille bien lui donner).
http://www.magick-instinct.org/Divers/circumambulations.htm

Il ne s’agit donc pas de créer artificiellement une barrière, ou même une frontière, mais au contraire une porte, une ouverture ou le macrocosme et le microcosme se rejoigne. On délimite un espace „sacré“ qui est le grand tout, l’univers, le cosmos, Dieu (ou quelque soit le nom qu’on veuille bien lui donner). Dans le cercle tout devient possible, il n’y a donc plus de limite, mais paradoxalement, le cercle est lui-même par essence une limite, une protection contre ceux qui ne sont pas invité à y rentrer.

Dans le cas d’un travail avec un seul cercle, le mage ne se protège pas de ce qu’il y a à l’intérieur du cercle, il s’offre totalement si il n’a pas d’autres mesure de protection, en ce sens, c’est un véritable acte d’amour, et c’est l’entité qui nous évoque comme le dit Levy et non nous qui l’évoquons. Cela dit au risque de me répéter, il existe un paquet de rituels d’évocations qui utilisent un deuxième cercle, un triangle ou une Dagyde pour la manifestation de l’entité appelée.

Je considère personnellement le cercle, plus comme un espace véritablement sacré qui nous transforme et nous transporte, plutôt qu’une simple mesure de protection. Mais il est aussi une protection. Donc le travail avec un cercle implique dé facto une certaine protection contre ceux qui ne sont pas invités comme tu les nomment, à moins bien sur qu’on invite tout le monde à rentrer dans le cercle, mais est-ce vraiment le but que l’on cherche à atteindre en faisant de la magie évocatoire ?

Si il s’agit juste d’une invocation, le cercle n’est pas non plus forcément une mesure de protection, mais bien un lien vers la TOTALITÉ (comme le dit le texte cité plus haut), mais on ne demande pas forcément à l’entité de venir à l’intérieur du cercle. Pour une invocation, il ne me semble pas forcèment nécessaire de faire une banissement préalable.

Dans l’invocation de Horus de Crowley, il s’agit bien d’une demande, mais pas une demande à ce que l’entité ce manifeste

Citation :
Vois ! Je me tiens au centre. Mien est le symbole d’Osiris ; vers Toi mes yeux sont tournés à jamais. Vers la Splendeur de Guebourah, la Magnificence de Hessed, les Mystères de Daath je tourne mon regard. Cela je l’ai cherché & j’ai cherché l’unité : entends-moi !
[…]
Par conséquent, je Te dis : Viens et réside en moi afin que chaque esprit, qu’il soit du Firmament, ou de l’Ether, ou de la Terre, ou de dessous la Terre ; sur le sec ou sur l’humide, de l’Air Tourbillonnant ou du Feu Pénétrant ; et que chaque sort et fléau du Dieu Vaste soit Toi, Abrahadabra !

La demande n’est pas ici une demande de manifestation, mais une demande pour recevoir la présence spirituelle d’une entité à laquelle il se livre totalement. On pourrait même dire qu’il s’agit dans le cas de crowley d’une demande de possesion, ce qui semble-t-il à d’ailleurs plutot bien marché. Il n'invite d'ailleurs pas "n'importe qui", mais sa demande et "ciblé".

Crowley lui-même disait:

Citation :
To "invoke" is to "call in", just as to "evoke" is to "call forth". This is the essential difference between the two branches of Magick. In invocation, the macrocosm floods the consciousness. In evocation, the magician, having become the macrocosm, creates a microcosm.

Quand à perdre le contrôle, c’est jouissif, libératoire et en même temps terrifiant. Je ne crois pas qu’il soit forcément bon de perdre le contrôle dans toutes les situations, mais ça c’est une autre histoire…

Grüßi

Abra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abrasax.alloforum.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cercle   Aujourd'hui à 5:59

Revenir en haut Aller en bas
 
Cercle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le cercle élémental
» cercle des corrélations avec SAS
» CDIP. Cercle Généalogique des Côtes d'Armor
» le cercle vicieux de l'echec sur l'estime de soi
» Cercle des déclinaisons bloqué

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARTS NOIRS :: Rites et Rituels-
Sauter vers: