Forum sur le dissentiment spirituel et la Voie Sinistre
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Magie sexuelle populaire : Qui sera mon futur époux ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sathiel
Admin
Admin


Nombre de messages : 209
Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: La Magie sexuelle populaire : Qui sera mon futur époux ?   Lun 20 Déc - 22:50

Cette question a taraudé des dizaines de jeunes filles durant des siècles et la France a produit un nombre incalculable de méthodes pour permettre aux jeunes filles de voir en rêve, dans l’eau d’une source ou dans la lune, le visage de leur futur mari. Voici celles qui m’ont semblées les plus intéressantes. Vous remarquerez que les procédés divergent grandement selon les régions, mais on retrouve certains éléments communs à chacun de ces oracles. J’ai inclus une bibliographie non exhaustive à la fin de cet article pour vous permettre d’approfondir le sujet.

Voir son futur époux en rêve.

On retrouve ce genre de pratique dans le Var (Brignolles), ou dans les Basses Alpes. L’oracle se préparait comme suit : un soir de pleine lune, la jeune fille doit implorer celle-ci d’être clémente pour elle et de lui faire entrevoir en rêve l’homme qu’elle épousera. Elle joint ses mains et dit « Lune, Ô pleine lune. Toi qui connaît mon infortune Fais moi voir en rêvant. L’époux de mon vivant. » Ensuite la jeune fille se couche en plaçant une glace sous son oreiller afin de favoriser le rêve. Une variante de la région des Alpes permet aux jeunes filles de voir en rêve le futur mari la nuit de leur fête en implorant Saint André avant de se coucher.

Dans le Confolentais, les jeunes filles montaient le premier vendredi de chaque mois dans leur lit du pied gauche en récitant : » Aujourd’hui premier vendredi du mois Je demande aux trois Rois (NDLR :Ah c’est ça le pouvoir des trois…) Qui ont vu Jésus Christ en Croix De me faire voir en rêvant Celui que j’aurais pour mari de mon vivant »
Enfin dans l’Ariège, on dit qu’un jeune homme qui désire qu’une demoiselle rêve de lui doit écrire le prénom de la jeune fille sur trois feuilles de laurier et s’ingénier à les glisser sous l’oreiller de la jeune fille sans être vu.
Même si le rêve divinatoire fait parti des croyances de nombres de nos régions du sud de la Loire, une toute autre technique était utilisée dans le Nord et en Bretagne.

L’eau des fontaines

L’eau des fontaines (ou des sources ) passe pour être un très puissant oracle en matière de questions amoureuses. Par exemple, en Bretagne, une jeune fille qui désire savoir lequel de ses prétendants elle doit épouser, se lève avant le jour le 1er mai, nettoie un seau avec une branche de romarin et se rend à une fontaine isolée. Arrivée au puit, elle dit une prière, plante sa branche de romarin dans un buisson voisin et remplit son seau d’eau de la fontaine. Elle attend alors le lever du soleil. Aussitôt qu’il commence à paraître, elle approche du seau, en trouble la surface avec la main gauche en récitant cette formule bizarre « ami rabi vohi » (je n’ai pas trouvé la signification de ces termes au cours de mes recherches…) Elle doit répéter neuf fois la formule et avoir terminé avant que le soleil ne soit entièrement paru. Si elle n’a pas été vu lors de sa cérémonie, alors le visage de son futur mari apparaîtra dans l’eau du seau.
On retrouve cette légende en Moselle et dans le Nord mais avec des variantes. En effet, dans ces régions, le sort ne marche qu’une fois l’an, le jour du nouvel an. En Alsace on dit que la première jeune fille qui décorera une fontaine le premier de l’an y verra l’image de son futur époux.

Divers procédés étranges

Il existe bien d’autres moyens de connaître à l’avance son futur époux et les légendes régionales ne manquent pas de nous fournir bon nombre de méthodes soit disant infaillibles. Je vous livre ne vrac, les plus surprenantes.
En Alsace toujours, la jeune fille en quête de savoir qui elle épousera n’a qu’à manger un hareng tout entier, son futur mari sera le premier homme qui lui offrira à boire.
En Charente, à la saison des petits pois la jeune fille doit chercher une gousse à sept grains. Chaque matin elle jettera un grain par sa fenêtre. Le septième matin, la première personne de sexe différent qui passera sous sa fenêtre sera son futur mari.

En Flandre la jeune fille qui voulait connaître son futur époux, tendait devant sa porte un fil de chanvre qu’elle avait préalablement filé avant le lever du soleil.. Le premier homme qui marchait dessus était à coup sur le bon.
Dans le Lubéron, une fille qui place sous son oreiller, la veille de la Saint Jean, un bouquet de marjolaine, de plantain ou d’armoise, aura pour époux le premier jeune homme qu’elle rencontrera le lendemain.

Nous pourrions continuer longtemps, tant la diversité des mythes et légendes sur le sujet est vaste. Si vous désirez continuer à approfondir ce sujet, voici une petite bibliographie indicative :

- Le Folklore de la Provence : C. SEIGNOLLES
- Le mariage dans l’Ariège : A. MOULIS
- Du berceau à la tombe : M. LEPROUX
- Manuel de Folklore : A. Van GENNEP
- Le Folklore de Montségur : J et R. TRICOIRE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dissentiment.zeblog.com
 
La Magie sexuelle populaire : Qui sera mon futur époux ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pour mon futur époux
» futur technologique.
» Le futur pape...
» L'ADN sera-t-il le disque dur du futur?
» Extrait du Livre de la Loi d'A. Crowley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARTS NOIRS :: Folklore-
Sauter vers: