Forum sur le dissentiment spirituel et la Voie Sinistre
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Du Dogme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sathiel
Admin
Admin


Nombre de messages : 209
Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Du Dogme   Mer 21 Mar - 22:00

N'avez vous jamais remarqué comme tout le monde utilise à longueur de temps des mots vide de sens. Faite l’expérience, lisez un journal, participiez a un forum sur Internet ou tout simplement écoutez une conversation. Combien de fois allez vous lire ces mots vides : Bien, Mal, Egalité, Liberté, Amour… Maintenant demander à la personne qui les utilise de vous dire ce que cela signifie. C’est quoi le Bien, le Mal, la Liberté… ?

Invariablement vous devriez recevoir ce genre de réponse : « Le bien c’est aider les autres » ou « le Mal c’est tuer quelqu’un » ou encore « la Liberté c’est de pouvoir faire ce que l’on veut ». Donc logiquement j’en conclus : qu’aider Adolf Hitler à construire des camps de la mort est « Bien », que de tuer Adolf Hitler était « Mal » mais que comme je suis libre je pouvais le tuer car j’avais le droit de tout faire…. En conclusion j’en arrive à dire l’inverse de l’idée que je voulais faire passer… Les mots généraux sont pernicieux. Ces grands concepts dont la plupart des gens se gargarisent sans les comprendre sont les pires ennemis de votre conscience et de votre Vérité.

Mais la généralisation des concepts pour les rendre vide de sens n’est pas nouvelle. Déjà Platon en posant les bases de la métaphysique nous parlait de la Vérité divine et universelle uniquement accessible aux hommes de vertu. Un peu plus tard on appellera cette Vérité Dieu et on lui attribuera arbitrairement des qualités (purement humaines comme la créativité (Dieu Créa le monde), la générosité, l’amour…) que l’on qualifiera de Bien et des défauts (l’égoïsme, l’opposition…) en la personne de Satan que l’on qualifiera de Mal. L’Homme venait d’inventer la notion de Dogme… Il avait transcendé des concepts purement humains et les avait appliqués à une conscience supérieure. Mais en faisant cela il a aussi vidé ces notions de tout sens exploitable au niveau du groupe.

Il y a quelques années de cela je posais cette question a un homme d’Eglise: « Qu’est ce que le bien universel représenté par Dieu ? » Sa réponse fut « L’amour de son prochain ». Donc je dois aimer Adolf Hitler, Saddam Hussein ou tout autre dictateur de votre choix ? Donc les croisades furent le « Mal » organisé par l’Eglise car leur but n’étaient pas d’aimer leur prochain ? Donc Dieu s’il laisse des gens se faire tuer et aller en Enfer c’est qu’il ne les aime pas ? Dieu est donc aussi le Mal ? On ne s’en sort pas…

Les Eglises et depuis peu les Etats ont essayés de sortir de ses contradictions en inventant d’autres dogmes : Le bien c’est « Liberté, Egalité, Fraternité ». Mais en faisant ça ils n’ont réussi qu’a vider de sens d’autres concepts purement humains…

Si maintenant je déplace mon référentiel de pensée et que je ramène ces notions a moi-même et non à une universalité douteuse, j’obtiens des réponses bien plus sensées. Je suis capable de dire ce qui est bien pour moi et mauvais pour moi. Je suis capable de définir ce qui est libérateur pour moi et ce qui ne l’est pas. Je suis capable de dire ce qui est juste pour moi et ce qui ne l’est pas…

Mais si je fais ça, cela veut dire que je me définis en tant qu’individu et donc je m’oppose au groupe car ce qui est bon pour moi ne l’est pas forcement pour mon voisin. Si j’adopte mon propre référentiel et non plus un référentiel universel, alors je définis mes propres valeurs, mes propres normes, mes propres lois… Je fais comme Dieu. Je suis Dieu. Certes seulement le Dieu de mon propre monde et de ma propre Vérité, mais j’agis comme tel.

De la généralisation nous avons abouti au dogme et le dogme n’est qu’une limitation de notre libre arbitre. Une bride sur notre esprit critique. Il est bien plus simple de se coucher dans des idées toute faites que d’en créer de nouvelles plus adaptées a soi et l’homme étant fainéant de nature, il a préféré se vautrer dans le dogme que de se battre pour la véritable libération de sa conscience individuelle.

Alors quant aujourd’hui notre monde subjectif est pollué par des concepts vides de sens mais rabachés depuis le plus jeune age par la religion, la société ou le groupe, il ne se rebelle plus. Il courbe le dos et enterre un peu plus sa tête dans le sable. En prendre conscience fait mal, mais qui a dit que la vie était facile.

Notre cerveau se transforme peu a peu en un imbroglio de généralités apprises, admises et restituées encore plus vides. A continuer comme cela, l’ombre de Pavlov et de ses chiens n’est plus très loin.

© Sathiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dissentiment.zeblog.com
 
Du Dogme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'est-ce qu'un dogme?
» La théorie de Darwin est un dogme
» LE dogme: repères d'itinéraire vers le Christ ou oeillères vers le Christ ?
» Le Dogme de la Vierge Marie
» Marie co-rédemptrice, un dogme?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: VOIE SINISTRE :: Philosophie occidentale-
Sauter vers: